Cabeçalho da página

Tourisme, patrimoine et street art en corse. l’impossible politique publique?

Pierre Bertoncini

Resumo

Les graffitis ont récemment connu un processus d’artification en France. Après son entrée au musée, le street art devient un produit touristique lié aux circuits « hors des sentiers battus ». Le tourisme est l’activité dominante de l’économie de l’île méditerranéenne de Corse. On présente d’abord les relations qu’entretiennent street art et tourisme dans l’ile, puis celles qu’y connaissent street art et patrimonialisation. Enfin, on présente comment les politiques publiques prennent en compte le phénomène de l’art urbain. L’auteur a soutenu une thèse de doctorat sur le rapport entre graffiti et territoire corse il y a 15 ans. Il est depuis acteur et témoin de l’évolution de la scène graffitique, de la scène patrimoniale, et de la scène scientifique liée au street art tandis que la scène politique évolue avec des périodes plus ou moins tendues entre Etat et société corse. De ce point de vue compris comme une ressource est montré comment malgré des discours sur le développement harmonieux du street art, des blocages idéologiques allant jusqu’à la destruction de sites remarquables empêchent les professionnels du patrimoine et du tourisme de valoriser un corpus de peintures dont l’inventaire scientifique a pourtant été réalisé.

Mots clé: Street art. Patrimonialisation. Politiques publiques. Tourisme. Durabilité.


Texto completo:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.18542/papersnaea.v29i3.9792

Apontamentos

  • Não há apontamentos.